avr 212012
 
بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à ALLâh le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maître MouHammad Al-’Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Il y a deux sortes de Hadath – d’état d’impureté rituelle – : le petit Hadath et le grand Hadath.

Le petit Hadath : c’est lorsqu’une des choses annulant le wouDôu’ survient, comme par exemple la sortie de gaz, d’urine ou d’excrément, ou autre chose annulant le wouDôu’.

Le grand Hadath : c’est lorsqu’une des choses rendant obligatoire le ghousl survient. Elles sont au nombre de cinq : (1) l’émission de maniyy – le sperme ou son équivalent féminin –, (2) le rapport sexuel, (3) la fin des règles (menstrues), (4) la fin des lochies et (5) l’accouchement.

La purification du grand Hadath se fait par le ghousl qui comprend des actes obligatoires et des actes recommandés.

Les actes obligatoires du ghousl sont au nombre de deux :

1 -  l’intention au moment de laver la première partie du corps. On dit par exemple dans son cœur : « J’ai l’intention de faire le ghousl qui est un devoir » ou « J’ai l’intention de faire l’acte obligatoire du ghousl » ou « J’ai l’intention de lever le grand Hadath ».

2 -  répandre de l’eau sur tout le corps, peau, cheveux et poils même s’ils sont épais. Il est obligatoire de dénouer les cheveux tressés à l’intérieur desquels l’eau pourrait ne pas pénétrer.

Les actes surérogatoires de la grande ablution :

Ils sont nombreux, parmi eux on cite :

1 -  la tasmiyah, c’est-à-dire dire Bismi l-Lâh lors du début du ghousl  ;

2 -  faire le wouDôu’ avant le ghousl  ;

3 –  Passer la main sur le membre à laver ;

4 -  commencer par la moitié droite ;

5 -  Tripler ;

6 –  Faire succéder les actes sans longue interruption ;

7 -  soigner les endroits repliés comme les replis des oreilles.

Les ghousl surérogatoires :

Ce sont les ablutions de tout le corps, celui qui les fait en sera récompensé et celui qui les délaisse n’en sera pas châtié. Parmi elles, on cite :

-  le ghousl du vendredi.

-  le ghousl des deux fêtes (`Idou l-fiTr et `Idou l-’aD-Hâ).

-  le ghousl que l’on fait après avoir lavé un mort.

-  le ghousl du fou ou de l’évanoui lorsqu’il reprend conscience.

-  le ghousl de l’entrée en rituel pour le pèlerinage ou la `oumrah.

-  le ghousl de l’entrée à La Mecque, de la station à `Arafah, du séjour nocturne à Mouzdalifah et des tours rituels autour de la Ka`bah.

Remarque : Si on fait la grande ablution obligatoire et qu’on a rien fait qui annule la petite ablution, dans ce cas on peut prier directement sans refaire le wouDôu’ la petite ablution. Ainsi si on lave les parties intimes au début, après on fait tout le ghousl sans avoir touché par contact direct les parties intimes ni fait ce qui annule le WouDôu’, dans ce cas on n’a pas à refaire le WouDôu’ et on peut prier directement. Voir: Les Choses qui Annulent le WouDôu’ petite ablution

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

image_print

 Laisser un commentaire


1 + quatre =